Anathalie Mukundwa

43 ans

PACTech sprl

Année de création : 2006

Chaussée de Louvain, 42
5310 Eghezée
02 888 67 20
project@pactech.be

www.mukundwa.be

A 43 ans, Anathalie Mukundwa est une femme plus qu’active avec un parcours peu banal. Elle a fondé une société de services informatiques "PACTech", un Centre d’affaires "ACCORTise" et une a.s.b.l d’aide humanitaire pour venir en aide aux personnes de son village d’origine situé au Rwanda.

Pourquoi cette envie d’entreprendre ?
L’entrepreneuriat est lié à mon caractère, un caractère entreprenant, bien que je
n’en avais pas réellement conscience. Déjà à l’école primaire, j’écrivais des notes au tableau à la place du professeur, je prenais des responsabilités dans les mouvements de jeunesse, j’étais déléguée de classe, présidente des établissements scolaires dans le mouvement des scouts et guides de Kigali. Donc, il y avait déjà en moi une espèce de mouvement perpétuel, d’action permanente. Ce n’est pas quelque chose que je recherchais, ou que j’ai cultivé. Bien au contraire, je l'exploite pour avancer dans mes projets entrepreneuriaux.

Mais concrètement les différentes raisons qui m'ont motivées à m'orienter dans
l'entrepreneuriat découlent directement de ma personnalité :

  • Je suis en effet une personne qui aime fondamentalement être libre dans les décisions et les choix que j'opère. Le fait de me lancer en tant qu'indépendante répond à ce besoin d'autonomie et d'indépendance.
  • Efficacité au travail et d'équilibre entre vie privée et vie professionnelle
  • J'aime le changement. Dès lors, une routine dans mon quotidien me serait difficilement supportable. En outre, je ne me verrais pas rester 10 ans dans la même entreprise à faire la même chose. Pour résumer l'entrepreneuriat rime avec la possibilité de m'épanouir pleinement dans ma vie professionnelle mais aussi personnelle.

En quoi consiste votre activité ?
Je suis à la base informaticienne, plus précisément analyste programmeur multi-systèmes, mais aussi entrepreneur dans l’âme. J’ai fondé ma société des services informatiques "PACTech", de même qu’un centre d’affaire, ACCORTise Work And Sleep – Business & Technologie village. Enfin, j’ai fondé une asbl, "Igitego Inyange", pour venir en aide aux personnes de mon village d’origine, situé au Rwanda.

Pourquoi avoir choisi ce secteur d’activité ?
Je n’ai pas qu’un secteur d’activité mais plusieurs. La technologie, ce fût par hasard et observation des formations qui offrent des débouchés intéressantes. Le domaine des centres d’affaires est venu par la suite aussi simplement que cela, pour investir dans un projet valorisant plutôt que d’acheter de grosses voitures ou autres dépenses de société. Ma force est de rester ouverte à tout projet à valeur ajoutée et de m’y investir par passion plutôt que par calcul. Un jour quelqu’un me dit "Et après, tu vas piloter les avions ?". Ma réponse fût "Pourquoi pas, si l’opportunité se présente !..."

Décrivez-nous votre parcours ?
On dit souvent que mon parcours est très original. Née au Rwanda, j’y ai suivi des études imposées d'institutrice primaire avant d'entrer à l'université pour étudier la littérature française. Malheureusement, au début des années 90, je fus contrainte d'arrêter mes études en raison de la guerre qui sévissait au Rwanda. Après avoir rencontré un Belge, je m'expatriai en Belgique et me mariai. Ce fut le tournant qui a marqué le début d'une vie nouvelle pour moi.

Je m'interrogeai sur l'orientation professionnelle vers laquelle je souhaiterais me
diriger. Je ne désirais pas réaliser une carrière dans l'enseignement primaire mais plutôt commencer des études librement choisies. Mon choix se porta sur l'informatique que je considère comme un secteur porteur. Je n'avais alors aucune connaissance dans ce domaine. J’ai commencé un graduat en informatique à Namur.

Après avoir terminé mes études avec succès, je travaillai en tant qu'analyste
programmeur chez Micro Research puis en tant que consultante chez GFI Benelux.
Je pris goût au domaine de la consultance et, travaillant de manière quasi autonome dans l'entreprise, je me questionnai sur mon statut d'employée. La conclusion de ma réflexion fût mon envie de me lancer dans le domaine de la consultance de manière indépendante.

Considérant que je ne possédais pas encore une expertise suffisante dans le domaine informatique pour poursuivre cet objectif, je décidai d'approfondir ma formation en entamant en 2001 une licence en science informatique à l'Université de Mons-Hainaut (UMH).

Par après, J’ai suivi une formation Forem en anglais et néerlandais, une formation à la création d’activités organisée par l'IFAPME ainsi que les échanges du Business Club INFOPOLE. Enfin, je lançai PACTech en 2006 et entamai, de cette manière, ma carrière de consultante en freelance.

Par la suite j’acquiers l’ancienne gendarmerie d’Eghezée pour implanter un centre
d’affaire, ACCORTise. Sans oublier bien sûr mon projet humanitaire qui me tient à coeur.

En quoi les formations à la création d’activité suivies à l’IFAPME vous ont aidé ?

  • Formation et informations métiers
  • Rencontre d’autres futurs entrepreneurs
  • Créer mon réseau par les rencontres aussi bien avec les formateurs que des autres personnes rencontrées.
  • Informations sur les financements et d’autres possibilités mis à disposition pour entreprendre.
  • Ecolage donc par les personnes du métier et du terrain.

  • "Celui qui rencontre le plus de succès dans la vie est celui qui est le mieux informé" Benjamin Disraeli

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite se lancer comme
indépendant ?

Il y a 3 choses que j’ai vraiment envie de leur dire :

  • Bien se préparer, au niveau des études, de la formation, mais aussi au niveau de son réseau. Il est essentiel de bien s’entourer. Il est très important également de se fixer des objectifs de vie, car entreprendre est un mode de vie.
  • Il faut travailler, afin de concrétiser ses rêves, affronter les réalités, se donner à fond et rester en accord avec les objectifs de vie que l’on s’est fixés.
  • Avancer de façon permanente. Il faut évaluer, tirer des conclusions, ne pas rester immobile en ruminant ses échecs, se relever et continuer.

Ma vision de l'esprit d'entreprendre :

  • "L'entreprise, c'est la vie, il faut se lever, avancer, être conscient qu'on peut trébucher et surtout pouvoir se relever, valoriser nos échecs pour mieux bondir vers l'avant."
  • "Entreprendre n'est pas un dernier recourt à défaut de mieux, c'est tout simplement un choix à part entière, calculé et raisonné à l'aide des outils/compétences et d'un entourage motivant qui se construisent pas à pas"
  • "Entreprendre c'est comme partir à la recherche d'or mais celui qu'on a en soi, le ressortir et le faire briller. L'or c'est dans/avec nos mains."

Et vous ? Quel est votre projet ?
Pour vous aider à le concrétiser, l’IFAPME vous propose les modules de formation ‘Je monte ma boîte’

Plus d'infos