Rita Cosi

40 ans

Depuis novembre 2011

La Chocolaterie du Haut Clocher

Place Jules Hodeige
4347 Voroux Goreux (Fexhe-le Haut-Clocher)
0495/35 19 96
rita@lachocolaterieduhautclocher.be

www.lachocolaterieduhautclocher.be

Passionnée par le chocolat depuis l'enfance, Rita COSI a attendu 40 ans avant d’en faire son métier. C’est sa rencontre avec une formatrice exceptionnelle, lors de sa formation Confiseur-Chocolatier suivie à l’IFAPME, qui l’a amenée, en novembre 2011, à ouvrir sa Chocolaterie du Haut Clocher.


Pouvez-vous nous en dire plus sur votre parcours ?

Secrétariat, permis camion, logistique, j'ai enchainé les formations au Forem et à l'IFAPME... jusqu'à mes 40 ans. En septembre 2009, je commence la formation Confiseur-Chocolatier au Centre IFAPME Huy-Waremme. J'étais à mille lieues d'imaginer créer mon entreprise.

Qu’est-ce qui vous a alors motivé à vous lancer comme indépendante ?
Une formatrice exceptionnelle m'a transmis sa passion du chocolat, son savoir-faire, son amour du métier. Une rencontre décisive. Me lancer en tant qu'indépendante, c'était quitte ou double ! J'avais évalué le risque que cela ne puisse pas fonctionner. Quand j’ai décidé de me consacrer professionnellement à ma passion, c'était en tant qu'indépendante complémentaire. Ayant perdu mon emploi quelques jours avant l'ouverture de ma chocolaterie, je m’y suis alors consacrée à temps plein.

Et aujourd’hui ? 

J’ai ouvert "La Chocolaterie du Haut Clocher" en novembre 2011. 
Je marie le chocolat aux produits locaux comme le whisky belge, le safran cultivé à Wasseiges ou encore la bière liégeoise Curtius,... Je personnalise également les chocolats pour toutes les occasions, privées (anniversaire, mariage, baptême, communion, …) et aussi professionnelles (cadeaux d’affaire, cartes de visite en chocolat,…). En novembre 2012, mon mari a quitté son emploi pour m’aider dans l’entreprise.

Que retenez-vous de votre formation à l’IFAPME ?
J’y ai appris mon nouveau métier avec des formateurs motivés et surtout toujours en activité donc conscients de la réalité du terrain.


Quels sont les projets futurs par rapport au développement de votre activité ?
Eté 2013 : agrandissement et en septembre 2013 : engagement d’un stagiaire avec un profil administratif et commercial.

Le mot de la fin ?
Artisanal ne veut pas dire faire n’importe quoi, je suis toujours à la recherche de la perfection, du mariage idéal entre les différentes saveurs pour la fabrication de mes pralines.

Et vous ? Quel est votre projet ?
Pour vous aider à le concrétiser, l’IFAPME vous propose les modules de formation ‘Je monte ma boîte’

Plus d'infos