Dernière mise à jour : 3.12.2020 Exporter au format PDF Imprimer

Confiseur - Chocolatier

Alimentation - Horeca
Chef d'entreprise

Fiche complète

La formation de confiseur-chocolatier initie au métier d'un artisan qui fabrique ou participe à la fabrication d'une gamme de produits variés de confiserie et de chocolaterie. Il peut spécialiser son activité (ex: spécialité régionale), occasionnellement ou régulièrement, dans la fabrication de l'un ou de l'autre de ces produits et la réalisation de commandes dans le cadre d’occasions particulières.

Pour ce faire, le confiseur-chocolatier:

  • utilise différents composants dans un souci constant de recherche de qualité
  • il met souvent en oeuvre des équipements mécanisés et des techniques de surgélation
  • il peut mettre au point de nouvelles recettes à base de chocolat
  • il travaille de façon artisanale ou semi-industrielle

Le patron confiseur-chocolatier:

  • aménage l’atelier et l’espace de vente
  • il planifie et organise le travail de l’atelier
  • il distribue les tâches à ses collaborateurs selon leurs compétences pour obtenir le meilleur rendement
  • il achète les matières premières et auxiliaires et les transforme en produits finis
  • il diversifie sa production tout en l’adaptant à sa clientèle
  • il équipe son espace de vente, présente la marchandise et entretient de bonnes relations commerciales avec sa clientèle
  • il forme et gère le personnel
  • enfin il applique les législations et réglementations spécifiques à sa profession et gère le commercial, l’administratif et le financier
  • Débouché(s) métier(s)

    Artisanat: boulangerie-pâtisserie, pâtisserie, confiserie

    Entreprise de restauration

    Chez un traiteur

  • Point(s) fort(s)
    Sur le terrain
  • Finalité
    Diplôme de formation de Chef d'entreprise homologué par la Communauté française
    Certificat de connaissances de base en gestion
  • La pratique de ce métier nécessite un certain nombre de qualités telles que:

    • une bonne résistance physique (travail en station debout)
    • un sens de l’organisation, de l’ordre et de la méthode
    • un respect de la propreté et de l’hygiène alimentaire, corporelle et du matériel (guide sectoriel d’auto-contrôle)
    • un sens de la créativité et de la décoration (sens artistique)
    • une adaptabilité à la flexibilité des horaires (travail saisonnier)
    • un esprit commercial.

    Le confiseur-chocolatier maîtrise les techniques de production de tous les produits en alliant tradition et innovation. Il est capable de s’adapter à l’évolution des nouvelles techniques du métier.

     
  • Cours professionnels :

    1ère Chef d'entreprise

    • A10/5 Pratique complémentaire (40h)
    • A10/5 Mettre en oeuvre des techniques spécifiques du métier de chocolatier, produits compliqués (28h)
    • A10/5 Mettre en oeuvre des techniques spécifiques du métier de confiseur, produits compliqués (16h)
    • A10/5 Gérer les aspects financiers de son entreprise au niveau stock (6h)
    • A10/5 Gérer les aspects financiers de son entreprise au niveau matériel et locaux (8h)
    • A10/5 Évaluation formative confiseur chocolatier (6h)
    • A10/5 Assurer l'hygiène et la sécurité (12h)
    • A10/5 Mettre en oeuvre des techniques de base spécifiques au métier de confiseur (16h)
    • A10/5 Mettre en oeuvre des techniques de base spécifiques au métier de chocolatier (36h)

    2ème Chef d'entreprise

    • A10/6 Démarches utiles création/reprise de l'entreprise + gestion sociale (8h)
    • A10/6 Assurer les aspects commerciaux (6h)
    • A10/6 Pratique complémentaire (40h)
    • A10/6 Créer des produits originaux de chocolaterie + toutes les techniques spécifiques (28h)
    • A10/6 Mettre en oeuvre toutes les techniques spécifiques du confiseur, produits complexes (16h)
    • A10/6 Mettre en oeuvre toutes les techniques spécifiques du chocolatier, produits complexes (76h)
    • A10/6 Créer des produits originaux de confiserie + toutes les techniques spécifiques (8h)
    • A10/6 Générer et gérer l'activité économique de son entreprise (26h)
    • A10/6 Suivi du projet technique (16h)
     
    • Ne plus être soumis à l’obligation scolaire ;
    • Satisfaire à une de ces 3 exigences :
      • Soit être titulaire du certificat d’apprentissage ou avoir terminé avec fruit les cours généraux et professionnels de fin d’apprentissage et réussir l’examen pratique au plus tard en fin de la seconde année de formation ;
      • Soit avoir suivi avec fruit le 2ème degré de l’enseignement secondaire général, technique ou artistique, ou le 3ème degré de l’enseignement secondaire professionnel et dans ce cas avoir obtenu le certificat de qualification ;
      • Soit avoir satisfait à un examen d’entrée.
    • S’inscrire aux cours de formation dans la profession faisant l’objet de la convention de stage dans les 6 semaines à dater du premier cours et au plus tard le 31 octobre.

    Il peut exister des conditions particulières pour quelques formations. Soyez attentif aux mentions indiquées dans la fiche formation que vous consulterez.

Où suivre les cours ?