Dernière mise à jour : 26.07.2022 Exporter au format PDF Imprimer

Tôlier en carrosserie

Mobilité - Mécanique
Chef d'entreprise

Fiche complète

Vous êtes du genre allergique aux bosses, coups et autres éléments de carrosserie tordus ou enfoncés ? Vous souhaitez apprendre à redonner une beauté à ces enveloppes de ferrailles ? Alors pourquoi ne pas devenir Tôlier en carrosserie grâce à cette formation renforcée !

Le Tôlier et la Tôlière en carrosserie réparent et remplacent les éléments du châssis et de la carrosserie de tout type de véhicule. Pare-chocs, ailes, portières, aillons, traverses, berceau, triangles, châssis... Les Tôliers débossent, redressent, découpent, soudent tous ces éléments structurels. Cette formation vous apprendra à réparer et remplacer tous ces éléments :

  • effectuer les contrôles, mesures, observations pour déterminer les dégâts,
  • participer, avec le responsable, à la détermination des pièces à réparer / remplacer,
  • repérer les défauts de géométrie des éléments mécaniques et de châssis,
  • débosseler et/ou remplacer des éléments de carrosserie,
  • redresser et/ou remplacer des pièces de carrosseries à l’aide du banc de redressage.
  • assurer l’étanchéité et la protection des éléments de carrosserie.

Les Tôliers en carrosserie respectent les consignes, les directives du constructeur et les recommandations liées au contrôle technique. Ils veillent à transmettre toutes les informations utiles au responsable et propriétaire du véhicule.

Alors si vous souhaitez que votre avenir professionnel suive les courbes des plus beaux bolides, rendez-vous dans l'un des Centres IFAPME qui propose cette formation afin de vous y inscrire !

La pratique en entreprise est obligatoire dans cette formation :

  • de préférence via le modèle de formation en alternance : ± 8h de cours en horaire décalé et ± 30h de pratique en entreprise par semaine ; rémunérées.
  • sinon via un ou des stages de pratique professionnelle : pour un total de 500h réparties sur les années de formation ; non-rémunérées.  

 

Ce métier est un « Métier en pénurie » : la demande de main d’œuvre est supérieure au nombre de candidats, vous aurez donc de nombreuses possibilités d’emploi à la suite de votre formation.

  • Débouché(s) métier(s)

    Employé / Employée dans un atelier de carrosserie

    Employé / Employée dans un garage, une concession

  • Débouché(s) future(s) formation(s)
  • Point(s) fort(s)
    Métier en pénurie (nombreux emplois + prime et assouplissement pour demandeurs d'emploi)
    Contact client
    Travail en équipe ou en autonomie
  • Finalité
    Certificat de compétences acquises en formation (CeCAF)
  • Le tôlier en carrosserie doit savoir maîtriser toutes les techniques de réparation de la tôle et également  :

    • Avoir des notions de mécanique et d'électronique pour comprendre le fonctionnement d'une voiture
    • Savoir lire des plans et des dessins techniques
    • Connaître les différentes techniques d'application et de séchage des peintures
    • Savoir utiliser l'informatique et les logiciels d'évaluation des dégâts d'un véhicule
    • Se tenir au courant des nouvelles technologies par des revues spécialisées et des stages de formation

    Les progrès techniques font évoluer le métier. Le professionnel intervient plus rarement de façon traditionnelle (débosselage, planage, redressage puis remodelage), excepté pour les petits dégâts.

  • 1ère année :

    • E90/4 Remettre en état des éléments isolés de carrosserie en lien avec des dégâts de niveau 1 (120h)
    • E90/4 Remettre en état la carrosserie d’un véhicule en lien avec des dégâts de niveau 2 (136h)

     

    2ème année :

    • E90/5Remettre en état la structure/le châssis d’un véhicule en lien avec des dégâts de niveau 3 (72h)
    • Ne plus être soumis à l’obligation scolaire ;
    • Satisfaire à une de ces 3 exigences :
      • Soit être titulaire du certificat d’apprentissage IFAPME ou avoir terminé avec fruit les cours généraux et professionnels de fin d’apprentissage et réussir l’examen pratique au plus tard en fin de la seconde année de formation ;
      • Soit avoir suivi avec fruit le 2ème degré de l’enseignement secondaire général, technique ou artistique, ou le 3ème degré de l’enseignement secondaire professionnel et dans ce cas avoir obtenu le certificat de qualification ;
      • Soit avoir satisfait à un examen d’entrée.
    • S’inscrire aux cours de formation dans la profession faisant l’objet de la convention de stage dans les 6 semaines à dater du premier cours et au plus tard le 31 octobre.

    Il peut exister des conditions particulières pour quelques formations. Soyez attentif aux mentions indiquées dans la fiche formation que vous consulterez.

  • Délais et informations

    • Les inscriptions sont ouvertes jusque fin octobre. En cas d'année préparatoire, les inscriptions sont possibles jusqu'au 15 novembre.
    • Des droits d’inscription sont requis. Le montant varie d'une formation à l'autre mais est compris généralement entre 220 et 350€ ou plus.
    • Prenez contact avec le Centre IFAPME qui organise la formation.

    S'inscrire

    Pour l’inscription proprement dite, munissez-vous des documents suivants :

    • votre carte d’identité ;
    • une copie du dernier diplôme (ou bulletin) obtenu ;
    • si vous êtes demandeur d'emploi et vous vous inscrivez à une formation à un "métier en pénurie", une attestation d'inscription au FOREM pour profiter d'un possible incitant financier.

    Après cette inscription, si l'Alternance est possible pour cette formation, vous pouvez trouver une entreprise avec laquelle signer une convention de stage.

    Pour signer votre convention ou en cas de difficultés, contactez un Service de l'IFAPME près de chez vous. Pour ce rendez-vous, munissez-vous des documents suivants :

    • votre carte d’identité
    • la preuve de votre inscription à la formation.
       

    Où suivre les cours ?