Dernière mise à jour : 21.06.2021 Exporter au format PDF Imprimer

Technicien de cyclomoteurs et motos

Mobilité - Mécanique
Coordination et encadrement

Fiche complète

Le technicien de cyclomoteurs et motos exerce le plus souvent son métier sous la responsabilité d'un négociant en cyclomoteurs ou du chef d’atelier. La formation de technicien de cyclomoteurs et motos permet toutefois une certaine autonomie dans l’exécution du travail.

Il doit donc être constamment attentif et réfléchir aux processus de travail.

  • Débouché(s) métier(s)

    salarié chez un négociant réparateur de cyclomoteurs et motos ou chez un concessionnaire ou dans une fabrique et magasins/ ateliers de vente - réparation de cyclomoteurs.

  • Débouché(s) future(s) formation(s)

    négociant de cyclomoteurs et motos

  • Point(s) fort(s)
    sur le terrain
  • Finalité
    diplôme de la formation en Coordination et Encadrement homologué par la Communauté française
  • Pour entrer en formation de Technicien en cyclomoteurs et motos, la réussite de l’année préparatoire de Mécanicien de motocyclettes est obligatoire. 

    Il est toutefois possible d'être dispensé de cette année de Mécanicien motocyclettes dans les cas suivants :

    • Les apprentis ayant suivi et réussi l’apprentissage « Mécanicien de cyclomoteurs et de motos ».
    • Les auditeurs ayant suivi et réussi l’année préparatoire « Mécanicien de cyclomoteurs et de motos ».
    • Les auditeurs ayant un certificat de qualification de 6ème Technique de « Mécanicien polyvalent automobile ».
    • Les auditeurs ayant un certificat de qualification de 7ième technique de « Mécanicien de motos ».

    Toute demande de dispense non prévue ci-dessus est soumise à l'accord du Conseiller pédagogique.

  • Le technicien de cyclomoteurs et de motos effectue les réparations en atelier, utilise des procédures de diagnostic et réalise les entretiens périodiques. Il répare les cyclomoteurs, motos (à combustion ou électrique) et autres véhicules associés (quad, tri cyclomoteur, ).

    Ces travaux requièrent :

    • Des connaissances techniques variées, qu’il faut actualiser régulièrement : réglages, ajustage, métrologie (mesure de précision).
    • Minutie et attention soutenue notamment pour le chargement ou la manipulation des batteries, des outils et des machines, le stockage des produits et des gaz inflammables…
    • Respect des normes de sécurité et application des règles d’hygiène, d’ergonomie, de protection et de prévention, manipulation des produits et outils avec précaution. Il garantit ordre et la propreté de l’atelier.
    • Respect de la législation environnementale en vigueur notamment en ce qui concerne le tri et le recyclage des déchets plastiques, métaux, éléments électriques, cartons, pneus…

    Le technicien de cyclomoteurs et motos se tient au courant des nouveaux développements au sein de son propre secteur et suit des formations adaptées. Il utilise des outils numériques pour la recherche d’informations techniques. Il retransmet les informations aux collègues. Les cyclomoteurs et motos s’inscrivent dans la tendance du « tout électrique », ce qui implique l’acquisition de nouvelles connaissances en électricité et électromécanique. Le métier implique des contacts avec fournisseurs et clients et donc des capacités de communication et d’écoute.

  • 1 ère année :

    • G35/25 Accueil support technique client (16h)
    • G35/25 Organisation, planification et gestion technique (60h)
    • G35/25 Devis – appel d’offre (12h)
    • G35/25 Diagnostic dysfonctionnements complexes et  procédure d'intervention (72h)
    • G35/25 Interventions (mécanique, électrique, hydraulique, pneumatiques…) complexes (72h)
    • G35/25 Module transversal de coordination et encadrement d’équipe  (24h)
    • Ne plus être soumis à l’obligation scolaire ;
    • Satisfaire à une de ces 3 exigences :
      • Soit être titulaire du certificat d’apprentissage ou avoir terminé avec fruit les cours généraux et professionnels de fin d’apprentissage et réussir l’examen pratique au plus tard en fin de la seconde année de formation ;
      • Soit avoir suivi avec fruit le 2ème degré de l’enseignement secondaire général, technique ou artistique, ou le 3ème degré de l’enseignement secondaire professionnel et dans ce cas avoir obtenu le certificat de qualification ;
      • Soit avoir satisfait à un examen d’entrée.
    • S’inscrire aux cours de formation dans la profession faisant l’objet de la convention de stage dans les 6 semaines à dater du premier cours et au plus tard le 31 octobre.

    Il peut exister des conditions particulières pour quelques formations. Soyez attentif aux mentions indiquées dans la fiche formation que vous consulterez.

  • Délais et informations

    • Les inscriptions sont ouvertes jusque fin octobre. En cas d'année préparatoire, les inscriptions sont possibles jusqu'au 15 novembre.
    • Des droits d’inscription sont requis. Le montant varie d'une formation à l'autre mais est compris généralement entre 220 et 350€ ou plus.
    • Prenez contact avec le Centre IFAPME qui organise la formation.

    S'inscrire

    Pour l’inscription proprement dite, munissez-vous des documents suivants :

    • votre carte d’identité ;
    • une copie du dernier diplôme (ou bulletin) obtenu ;
    • si vous êtes demandeur d'emploi et vous vous inscrivez à une formation à un "métier en pénurie", une attestation d'inscription au FOREM pour profiter d'un possible incitant financier.

    Après cette inscription, si l'Alternance est possible pour cette formation, vous pouvez trouver une entreprise avec laquelle signer une convention de stage.

    Pour signer votre convention ou en cas de difficultés, contactez un Service de l'IFAPME près de chez vous. Pour ce rendez-vous, munissez-vous des documents suivants :

    • votre carte d’identité
    • la preuve de votre inscription à la formation.
       

    Où suivre les cours ?