Dernière mise à jour : 9.03.2021 Exporter au format PDF Imprimer

IFAPME | Apprenantes, formatrices, indépendantes : les femmes sont à l’honneur !

Contenu principal

Ce 8 mars, c’est la Journée internationale des droits des femmes ! À cette occasion, l’IFAPME vous propose de partir à la rencontre de quelques jeunes femmes pour qui tout est possible. Des parcours inspirants…

Willy Borsus, Ministre en charge de l’IFAPME : « La Journée internationale des droits des femmes est l’occasion de rappeler avec insistance qu’en Wallonie, nous soutenons l’accès des femmes à tous les métiers. Dans tous les domaines, il est pour nous essentiel que l’égalité des genres soit plus effective. C’est notamment le cas dans le domaine des sciences, des technologies, des mathématiques, des STEM, mais aussi des métiers techniques ou du digital. A cet égard, nous avons mis en place avec Digital Wallonia un projet pour une approche « zéro sexisme » dans la promotion des métiers numériques. »

Créer sa propre entreprise : Aurélie Etienne l’a fait !

Aurélie Etienne a 44 ans et est céramiste professionnelle. Après 10 ans dans l’événementiel et la communication, elle décide de changer de vie. Passionnée depuis l’enfance par le travail de la terre, Aurélie a toujours eu la céramique et la poterie dans sa vie. Tiraillée entre son boulot et sa passion, elle finit par se lancer et crée son entreprise « Ose la terre » qui fête ses 10 ans cette année !

L’activité de « Ose la terre » se divise en deux parties : des cours pour des apprentis potiers de loisir et la production de produits décoratifs en terre. Malgré la crise sanitaire, Aurélie a su se réinventer. Elle a développé davantage sa plateforme de vente en ligne et les cours se donnent désormais à distance. Actuellement, Aurélie poste des vidéos chaque semaine et échange en direct avec ses élèves pendant les cours.

Une formation artisan qui tombe à pic

Aujourd’hui, la jeune femme souhaite développer la partie création de son entreprise et a donc besoin de renfort. Après avoir recherché différentes solutions, elle découvre que l’IFAPME organise une formation artisan. Et c’est la super option ! En tant qu’entreprise formatrice, elle transmet son métier et forme une personne répondant directement à ses attentes. Elle profite même d’une prime de l’IFAPME (260€/mois) pour la soutenir dans sa démarche grâce à la Certification artisan dont elle dispose.

Nul doute que le parcours d’Aurélie inspire Géraldine, son apprenante, qui est ravie de travailler avec elle : « Aurélie est très dynamique et prend le temps d’expliquer à chacun à son rythme ». Une fois son diplôme obtenu à l’IFAPME, Géraldine envisage également de créer sa propre activité tout en continuant la collaboration avec sa formatrice.

Indépendante, passionnée, épanouie, Aurélie ne regrette absolument pas son choix de carrière et ne le changerait pour rien au monde : « Être une femme indépendante ? Je resigne à deux mains ! ».

« Il ne faut pas avoir peur d’être indépendant, c’est merveilleux d’être maître de son métier, maitre de son quotidien, maitre de ce que l’on va mettre comme contenu dans son métier. Je trouve que ça n’a pas de prix. »

« Je veux prouver que je peux être cheffe bouchère »

Justine Abrassart a 21 ans et se forme depuis presque trois ans à la boucherie. C’est d’abord dans le contexte d’un job étudiant qu’elle avait découvert et apprécié le métier. Au point d’en tomber amoureuse ! En 2018, elle décide donc d’entamer une formation de bouchère-charcutière au Centre IFAPME de Mons et choisit d’effectuer son stage en entreprise chez Colruyt.

Une chose est sûre : Justine ne regrette pas son choix et a beaucoup d’ambition pour le futur. Son plus grand souhait est de devenir cheffe bouchère au sein de son entreprise formatrice. Elle veut prouver aux bouchers que même si elle est une femme, elle peut devenir cheffe !

« Mon objectif est d’évoluer dans la boite et c’est donc une motivation en plus pour continuer à progresser »

Et ce que l’on peut dire, c’est que sa carrière démarre plutôt bien. La jeune femme a déjà une promesse d’engagement sur son lieu de stage !

Justine a conscience que l’apprentissage en alternance l’a beaucoup aidé dans l’acquisition de ses compétences : « à l’IFAPME, on est plus souvent en entreprise et c’est justement ça qu’il faut pour apprendre un métier ».

En route vers l’avenir

À 23 ans, Marie Broeckaert, est apprenante en troisième année de mécanique automobile au Centre IFAPME de Namur. Elle effectue son stage en entreprise au sein du garage Peugeot situé à Wierde.

Depuis toute petite, Marie se passionne pour les voitures et a toujours voulu prendre part à la mécanique automobile. C’est en 2018 que l’aventure commence. Après des études dans le social, elle se rend au Centre IFAPME de Namur à l’occasion de la Journée Portes Ouvertes. Et là, c’est le déclic ! Elle rencontre un référent IFAPME et décide de se lancer.

Aujourd’hui, Marie ne regrette pas du tout le choix qu’elle a fait. Elle se sent épanouie et ne se voit pas dans un autre métier. « Ce qui me plait, c’est que tous les jours sont différents et on apprend tout le temps quelque chose ».

Cerise sur le gâteau, sa formation devrait la mener directement à un contrat de travail sur son lieu de stage. Grâce à la formation en gestion qu’elle suit dans son cursus à l’IFAPME, elle envisage aussi d’avoir un registre de commerce pour créer une activité complémentaire !

Marie a la volonté de montrer que les filles peuvent exercer tous les métiers qu’elles souhaitent, y compris ceux classiquement « occupés par des hommes » :

« Il ne faut pas avoir peur de s’imposer, il faut avoir du caractère et il faut montrer que nous, les filles, nous sommes capables de faire ces métiers ».

Des chiffres encourageants

En 2019-2020, 38,7% des apprenant(e)s IFAPME étaient des femmes. Un chiffre stable sur les 5 dernières années. Toutefois, certains secteurs, considérés comme plus masculins, réalisent de belles hausses sur la même période. Citons le domaine de l’alimentation et les formations pour jeunes qui passent de 18,9% à 24,2%, soit une augmentation de 5,4%. En formation pour adultes, le secteur de la construction passe de 21,9% à 27,4%, soit 5,5% de plus.

L’IFAPME a toujours pour ambition de faire mieux. C’est pourquoi tous les collaborateur.trice.s s’investissent corps et âme dans cette voie. En publiant ces témoignages, l’IFAPME espère susciter des vocations et donner l’envie à des jeunes femmes de se lancer dans l’aventure de l’Alternance !

 

Intéressé(e) par une formation à l’IFAPME, comme la formation artisan, la boucherie ou la mécanique ? Plus d’informations sur www.ifapme.be ou contactez-nous par téléphone au 0800 90 133 (appel gratuit) ou par e-mail via info@ifapme.be.